Troglodyte mignon

Troglodytes troglodytes (Linnaeus, 1758)

Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Troglodytidae Genre : Troglodytes

  • 575
    observations

  • 19
    communes

  • 77
    observateurs

  • Première observation
    1954

  • Dernière observation
    2024
Adam René - Adam Rémi - Anonyme - Ardelet Jonathan - Arrot Manuela - Auclert Mathieu - Bara Thierry - Bareyre Thomas - Bernard Justin - Bredel Thomas - Bruno Benjamin - Cailliere Christine - Caminade Fanny - Caminade Frédéric - Cargnelutti Tony - Chaillou Anthony - Chanel Sorlin - Chapuis Sylvain - Chevalier Thomas - Chevrier Guillaume - Combe Léandre - Cottin Nicolas - Couronne Bernard - Crouzier Marc - Crouzier Pierre - De Sousa Daniel - Delattre Jean-christophe - Dominique Edon - Dubois Lydie - Dubois Pascal - Dupont Bertrand - Durlet Pierre - Enselme Gianni - Ferriere Jean-luc - Feuvrier Benoit - Firmin Guillaume - Flitti Amine - Foxonet Hugo - Franc Emmanuel - Gardien Stéphane - Gaultier Thierry - Geroudet Paul - Giacomo Clément - Goin Nicolas - Grand Brigitte - Huguet Nina - Jouvenez Gaëtan - Jérémie Chollet/ Siegfried Kimmel/ Laurent Nibbio - Laurencin Sabine - Lengagne Thierry - Letscher Robin - Lonchampt Frédéric - Mallejac - Marsaud Louis - Müller Emilie - Nathan Trouverie - Nivet-mazerolles Valentin - Observateur Atlas Suisse - Paillet Yoan - Patrick Albrecht - Perillat Camille - Pernot Coryse - Peyric Axel - Piot Bram - Rhodes Anne-sophie - Schloesser Daphné - Schmidt Yvan - Schonbachler Cyril - Sivom - Taïb-fonters Monique - Taïb-fonters Rémi - Tony Cargnelutti - Touzé Hugo - Veck Marine - Viallet Melchior - Vincent-guédou Bernard - Vincent-guédou Jany

Informations sur l'espèce

Le troglodyte mignon est un minuscule passereau. Boule de plumes de moins de 10 g., sa silhouette rondouillarde, sa queue dressée en permanence et son bec mince et très pointu permettent de le distinguer. C'est aussi son chant puissant et sonore, étonnant vu sa taille, que l'on repère facilement.

Source : Parc national des Ecrins

Territorial au printemps, le mâle défend un espace d’environ 1000 m2 sur lequel il ébauche des armatures de nids sphériques. Par son chant dynamique, il attire les femelles de passage et les incite à visiter ses ouvrages. Si accord il y a avec l’une d’entre elles, elle terminera le nid douillettement, pondra cinq à six œufs qu’elle couvera durant une quinzaine de jours. Le mâle ne participe pas vraiment au nourrissage, en revanche, dès l’envol de la nichée des « riquiquis », il les guidera quelque temps avant qu’ils s’éparpillent et se perdent alentour.

Source : Parc national des Ecrins

Forêts d'adret | Forêts d'altitude et zone de combat | Forêts d'ubac | Friches et broussailles | Haies et talus | Lisières et clairières | Parcs et jardins | Ripisylves | Vergers et vignes
Subcosmopolite
Troglodytes troglodytes koenigi Schiebel, 1910 | Troglodytes troglodytes troglodytes (Linnaus, 1758)

Audio (1)


Troglodyte mignon

Auteur: Deroussen Fernand - Naturophonia
Description: Pour le Parc national des Ecrins avec la participation financière de la GMF

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles